L’histoire de Sony et PlayStation : du succès au déclin

Ses admirateurs comme ses détracteurs le reconnaîtront, en 75 ans d’existence, ratées ou réussies, Sony a accompli bien des choses. Audio, vidéo, multimédia, téléphonie, le géant japonais a étendu sa toile sur tous les marchés prometteurs du XXIème siècle. Le jeu vidéo n’a pas été pas épargné, dès 1991 Sony crée sa propre filiale, Sony Electronic Publishing, qui devient Sony Computer Entertainment Inc. en 1993. Avec la sortie de la PlayStation en 1994, Sony devient l’un des plus grands acteurs mondiaux dans le secteur des jeux vidéo. Retour sur l’histoire de la firme nippone et de ses consoles.

ony et son arrivée dans les jeux vidéo

La société naît en 1946 sous le nom de Tokyo Tsushin Kogyo avec l’union de deux hommes, Masaru Ibuka, un ingénieur, et Akio Morita, physicien. Son histoire prend un tournant en 1954, lorsqu’elle commercialise au Japon les premiers transistors, inventés six ans plutôt aux États-Unis. S’en suivront nombre d’innovations, comme la cassette vidéo couleur (1971), le magnétoscope (1975), ou encore le walkman (1979), qui vont impulser le développement mondial de l’entreprise japonaise. La firme prend le nom de Sony à partir de 1958.
Sony se lance tardivement dans le marché des jeux vidéo face à ses concurrents. Dès 1977, Atari lance sa première console, l’Atari 2600, tandis qu’en 1983, Nintendo commercialise la Faticom (NES en Europe et aux États-Unis) qui connaît un réel succès. Sony sort ensuite le MSX-2 en 1985, mais est assimilé à un micro-ordinateur. En 86, c’est à SEGA de sortir sa première console : la Master System. Il faut attendre 1994 avant que la première console de Sony ne voie le jour. Elle nait d’un contentieux avec celui qui devient par la suite son éternel concurrent, Nintendo. Voici la petite histoire telle qu’on la connait aujourd’hui.
Suite à la sortie de sa console, la Famicom, Nintendo s’intéresse à un nouveau format pour ses jeux vidéo. Il apparaît que le CD-Rom présente des caractéristiques intéressantes. Nintendo se rapproche alors de Sony, et passe un contrat pour développer ce nouveau support, nommé la Play Station. Nintendo entend par la suite annoncer l’add-on CD pour la SNES au CES de juin 1982 (grand salon de l’électronique qui existe encore aujourd’hui). Mais, à la lecture du contrat original datant de 1988, le patron de Nintendo, Hiroshi Yamauchi, s’aperçoit que Sony a tout contrôle sur le support et ses droits d’exploitation. Situation impossible pour Nintendo qui annule toute la collaboration passée avec Sony, et se reporte sur un contrat avec Phillips (le contrat avait été proposé aux deux sociétés). Sony, choqué lors de l’annonce au CES, décide en conséquence de la jouer solo !  Sous l’égide de Ken Kuturagi, ingénieur japonais, Sony va sortir sa propre console, la PlayStation.

La PlayStation 1, et la lumière fût 

La PlayStation est lancée en 1994 au Japon, puis commercialisée un an plus tard aux États-Unis et en Europe. Son arrivée sur le marché des consoles concurrence la suprématie de Nintendo avec sa NES, à laquelle succéda la Super Nintendo à partir de 1992. Il est difficile de trouver des chiffres de ventes 20 ans plus tard, mais la PlayStation rencontre un franc succès lors de sa sortie, bénéficiant de nombreux titres de lancements : Wipeout, Ridge Racer, Toshinden, … Sony annonce l’arrêt de la production en mai 2006, après une durée de vie de 12 ans, la longévité de la PlayStation est l’une des plus remarquables avec l’Atari 2600 ou la NES. En 2000, Sony élargit son offre en proposant la PSone, version allégée de la PlayStation, auquel il est même ajouté par la suite un écran LCD, pour jouer en déplacement par exemple.
Le 18 Mai 2004, Sony annonce avoir franchi la barre symbolique des 100 000 000 unités vendues, PSone incluse, ce qui constitue alors un record, amené à être dépassé par la PlayStation 2.

Vente par territoire :

  • Asie : 20,72 millions d’unités (date de lancement : 3 décembre, 1994)
    Amérique du nord :  39,67 millions d’unités (date de lancement : 9 septembre, 1995)
  • Europe : 39,61 millions d’unités (date de lancement : 29 septembre, 1995)

Qui peut se vanter de la connaître ? La PocketStation. Sortie uniquement au Japon en 1998, 5 millions d’exemplaires s’en sont écoulés. Périphérique dédié à la PlayStation, elle pouvait faire office de carte mémoire, mais elle servait surtout comme composant additionnel pour certains titres, en offrant de nouvelles possibilités de jeu. Elle rencontra un réel succès au Japon, notamment avec des jeux comme Dokodemo Issho. Sa sortie, programmée aux États-Unis et en Europe n’eut finalement pas lieu, et des jeux tels que Final Fantasy VIII durent renoncer à leurs fonctionnalités supplémentaires pour les versions européennes et américaines.